carepack

newcarepacklogo

CarePack® est un paquet modulable, composé pour de multiples interventions de santé destinées aux programmes qui privilégient l’intégration et la réduction des coûts. Chaque CarePack® peut être adapté aux divers objectifs des programmes de santé.

CarePack® est idéal pour:

  • Les programmes VIH
  • Les Campagnes intégrées de Prévention (IPC)
  • Les programmes de santé maternelle

 

Disk-2-from-GG-029

Les CarePacks® sont conçus pour être faciles à utiliser et à déployer. Sachant que les ré-interventions font obstacle au déploiement rapide et au succès des programmes de santé publique, les composants standards d’un CarePack® ont une durée de vie longue. Tous les composants ont été rigoureusement testés pour leur impact sur la santé, et répondent aux normes réglementaires d’efficacité les plus élevées.

 

 

 

 

 

 

Packaging

Les composants standards de CarePack® sont assemblés dans les locaux de Vestergaard au Vietnam. Le packaging a été conçu pour pouvoir être ré-ouvert, afin de pouvoir ajouter, si besoin est, des composants spécifiques selon les différents besoins des pays.

Livraison

Vestergaard a développé son réseau de distribution sur tout le continent Africain, et établi des circuits de livraison qui assurent une meilleure pénétration dans les terres et un acheminement sans heurt vers la destination finale.

Grâce à ses implantations régionales en Afrique, en Asie et sur le continent Américain (Nord et Sud), Vestergaard offre un excellent service client local et international. Etre proche du marché présente un avantage indéniable pour nos clients et partenaires, ce qui permet d’offrir un service rapide et proactif et une meilleure compréhension du marché.

Stockage

Vestergaard dispose d’entrepôts dans les endroits les plus reculés du monde, et permet ainsi aux gestionnaires de campagnes de distribuer les produits plus efficacement et plus économiquement.

  • carepackimpact

    CarePack® pour les programmes VIH

    Dans de nombreux endroits du monde, l’accès aux soins et aux traitements est limité. Les interventions visant à prévenir des infections opportunistes peuvent avoir un impact considérable dans ces zones.

    L’OMS et les CDC recommandent que les personnes porteuses du VIH dans les zones défavorisées aient accès à des produits essentiels pour lutter contre la maladie et la transmission du VIH.

    Vestergaard a donc développé un CarePack® de soins préventifs, composé d’éléments qui ont fait leurs preuves, et conçu pour améliorer l’état de santé des personnes séropositives et de leur famille. Ces interventions qui ciblent les maladies infectieuses sont faciles à utiliser et autogérées, ce qui incite les personnes séropositives à se protéger.

     

    Composition d’un CarePack® standard pour un programme VIH: 

    • Une moustiquaire imprégnée d’insecticide à longue-durée d’action PermaNet® qui protège du paludisme et d’autres maladies vectorielles. 
    • Un purificateur d’eau LifeStraw® Family qui protège de la diarrhée et d’autres maladies liées à l’eau 
    • De la documentation éducative sur la santé qui offrent des conseils sur la prévention du paludisme, de la diarrhée, et des maladies sexuellement transmissibles. 
    • D’autres éléments, comme des préservatifs, mais également des antibiotiques à large spectre etc. peuvent être ajoutés au CarePack® en fonction des demandes des pays.

    Les schémas d’approvisionnement qui nécessitent une livraison mensuelle créent des chaines logistiques complexes, ce qui fait obstacle au déploiement rapide et au succès des programmes de santé publique : Les composants standards de CarePack® ont donc été conçus pour avoir une durée de vie d’au moins trois ans.

    Impact sur la santé

    Retarder l’évolution de la maladie du VIH avec CarePack®

    Les individus séropositifs sont souvent infectés depuis des années avant que le virus ne finisse par fragiliser leur système immunitaire, et les rende tellement malades que l’ART (ART= thérapie antirétrovirale) est alors le seul recours. new-images-339Par ailleurs, les infections à répétition comme le paludisme et les maladies diarrhéiques peuvent accélérer l’évolution du VIH. Ces infections peuvent élever le dosage du virus dans le sang des malades, ce qui peut alors accroitre leur risque de transmission du VIH à leurs partenaires.

    Fournir des produits d’intervention qui préviennent le paludisme et les maladies diarrhéiques est une stratégie simple et relativement peu coûteuse pour retarder l’évolution du VIH et possiblement réduire sa transmission.

    Une étude sur 2 années au Kenya1 a mesuré l’impact des moustiquaires imprégnées d’insecticide à longue durée d’action (MILDA) PermaNet® et du purificateur d’eau LifeStraw® Family sur la progression du VIH à partir du suivi des comptages de CD4. Le critère principal d’efficacité était le temps écoulé pour que le taux de CD4 soit inférieur ou égal à 350 cellules, ce qui correspond au taux seuil d’un traitement antirétroviral

    Les résultats sont les suivants: 

    • Les individus recevant la MILDA et le purificateur d’eau étaient 27 % moins susceptibles d’atteindre le taux seule des CD4. 
    • La baisse des CD4 était aussi nettement moindre dans le groupe ayant reçu les MILDA et purificateurs d’eau que dans le groupe de contrôle (54 vs. -71 cellules/mm /an, p=0.03).

    Avantage économique à ralentir la progression du VIH grâce à CarePack®

    Retarder le moment de commencer le traitement présente des avantages économiques évidents pour les programmes en raison de la baisse des dépenses en soin et ART.

    Une analyse des coûts et de la rentabilité2 par l’étude multi-sites du Kenya montre les résultats suivants:

    • Economies de coût nettes d’environ USD 26 000 pour l’intervention, sur 1,7 année pour les prestataires de santé, provenant d’un usage réduit des ART et de la baisse des cas de paludisme et de diarrhée. 
    • Il a été démontré que l’intervention est très rentable, à un coût de US$ 3100 par décès évité ou de US$ 99 par espérance de vie corrigée de l’incapacité (EVCI) évitée.
    • Fournir des MILDA et des filtres à eau à des adultes infectés par le VIH et mais sans traitement ART dans l’étude Kényane permet de réaliser d’importantes économies nettes, en raison du démarrage plus tardif des ART. L’ajout d’une MILDA et d’un filtre à eau au point d’utilisation dans le pack fourni aux adultes infectés par le VIH mais sans traitement ART pourrait permettre aux pays à revenu faible ou moyen, dont les systèmes de soin sont limités en ressources, de réaliser des économies substantielles.

    Diminution des maladies diarrhéiques avec LifeStraw® Family

    L’eau impropre à la boisson représente une menace particulière pour les personnes atteintes du VIH/SIDA en raison du risque accru d’infections opportunistes, de la mauvaise absorption des nutriments essentiels due à la diarrhée, et d’une exposition accrue à de l’eau non-traitée pour les bébés de mères séropositives qui choisissent de ne pas allaiter pour réduire le risque de transmission du VIH. Cette population bénéficierait tout particulièrement de produits d’intervention pour améliorer la qualité de l’eau au domicile.

    Un essai clinique contrôlé randomisé de 12 mois a été mené en Zambie auprès de 120 foyers avec enfants.3

    Conclusions de l’étude: 

    • Utilisation du filtre élevée, avec 96% (596/620) des visites de foyers correspondant au critère « Utilisateur ».
    • La qualité de l’eau conservée dans les foyers avec intervention était significativement meilleure que celle des foyers contrôles (3 vs. 181 TTC/100 mL, respectivement, p<0.001). 
    • L’intervention est associée à une réduction de la prévalence longitudinale de diarrhée déclarée de 53% chez les enfants.

    Conclusion:

    Au sein de cette population qui vit avec le VIH/SIDA, le filtre à eau, associé avec un récipient de stockage, a été utilisé correctement et régulièrement. Il s’agit d’une mesure très efficace pour améliorer la qualité de l’eau et se protéger de la diarrhée.

    Références

    1Walson J. (2013). Evaluation of impact of long-lasting insecticide-terated bed nets and point-of-use water filters on HIV-1 disease progression in Kenya. AIDS. 2013 Jun 1;27(9):1493-501.

    2Kern E. (2013). Provision of bednets and water ilters to delay HIV1 progrssion: cost-effectiveness analysis of a Kenyan multisite study. Trop Med Int Health. 2013 Aug 18(8):916-24.

    3Peletz R (2012). Assessing water filtration and safe storage in households with young children of HIV-positive mothers: a randomized, controlled trial in Zambia. PLoS One. 2012;7(10):e46548.

  • CarePack® pour la santé de la mère et de l’enfant

    Disk-2-from-GG-148Chaque jour, environ 800 femmes meurent de causes liées à la grossesse et à l’accouchement1. La majorité des décès pourrait être évitée par des interventions désormais disponibles qui privilégient les synergies entre les soins des mères, des nouveau-nés et des bébés2. L’eau potable peut représenter un outil essentiel pour protéger la santé des mères, des nouveau-nés et des enfants (MNCH).

    La distribution par les dispensaires de soins maternels d’un CarePack® contenant un filtre LifeStraw® Family et un PermaNet® pourrait non seulement aider à la prévention du paludisme et des maladies hydriques, mais également inciter les futures mères à faire un suivi avant la naissance et à accoucher dans un centre de soins.

    Importance de l’eau potable pour la santé maternelle

    Le monde a atteint l’Objectif du Millénaire pour le Développement (OMD) concernant l’eau potable, qui prévoit de diviser par deux la proportion de la population sans accès durable à l’eau potable entre 1990 et 20103. Toutefois, 783 millions de personnes n’ont toujours pas un accès direct à l’eau potable. Les sources d’eau dites “améliorées” ne sont pas toujours sûres : mauvaise mesure de la qualité microbiologique de l’eau, risque de contamination au point d’approvisionnement, et peut-être plus encore, risque de recontamination au point d’utilisation à cause d’un mode de collecte, de transport ou de stockage de l’eau déficient. Les Objectifs du Millénaire pour le Développement ne doivent pas être appréhendés indépendamment les uns des autres, car chaque objectif est interdépendant des autres. Les progrès en matière d’amélioration de l’eau, de l’assainissement et de l’hygiène influent sur les progrès en matière de réduction de la mortalité maternelle et infantile4.

    Le manque d’accès à l’eau potable contribue au fléau ahurissant que sont les maladies diarrhéiques dans le monde, particulièrement chez les jeunes enfants. Plus d’un décès sur dix parmi les moins de cinq ans – soit environ 1 million de morts par an – est dû à la diarrhée5. Celle-ci fait plus de victimes que le SIDA, le paludisme et la rougeole réunis6. L’accès à l’eau potable diminue la mortalité infantile en diminuant la susceptibilité à la diarrhée et aux autres maladies véhiculées par l’eau. Les mères et les enfants sont en grand danger, particulièrement dans les premiers jours qui suivent la naissance. Chez les enfants, les décès au cours des premiers mois de vie représentent 40% de tous les décès des moins de cinq ans5. Les naissances prématurées et les complications pendant et immédiatement après l’accouchement sont la cause de plus de la moitié de ces décès néonataux5. Les outils pour améliorer la salubrité de l’eau et sa bonne conservation sont vitaux pour atteindre l’OMD de réduire la mortalité des moins de cinq ans de deux-tiers, et la mortalité maternelle de trois-quarts.

    L’eau potable est essentielle pour protéger la santé des mères, des nouveau-nés et des enfants pour les raisons suivantes: 

    • Pendant la grossesse et l’accouchement, les femmes sont particulièrement sensibles aux maladies telles que l’anémie. Bien que l’anémie résulte généralement de carences nutritionnelles, elle peut aussi être provoquée par les infections comme les vers intestinaux ou le paludisme, liées au manque d’accès à l’eau potable7,8. L’anémie a pour effet un état de faiblesse et de fatigue, elle affecte le développement du fœtus, et contribue à 20% des décès maternels9
    • Le manque d’accès aux soins médicaux signifie que de nombreuses femmes des pays en voie de développement accouchent à la maison, où elles sont plus exposées au risque d’eau contaminée et donc d’infections. 
    • Même dans les cas où les mères consultent un professionnel de santé, les interventions efficaces ne sont généralement pas disponibles ou pas mises en place, ce qui conduit à un risque de décès plus élevé pendant la grossesse ou l’accouchement10
    • Seules 60% des femmes des pays émergents ont accès à des soins qualifiés, et seules 40% en Asie du Sud et en Afrique Sub-Saharienne11. Les obstacles à l’accès aux soins sont nombreux : manque de professionnels de santé qualifiés, dispensaires insuffisants ou trop éloignés, manque de moyens de transport ou impossibilité de se déplacer, et manque d’éducation ou de prise de conscience par les femmes de l’importance de soins corrects12.
    • Accoucher à la maison peut être dangereux pour la mère et pour l’enfant en raison du risque d’infection4.

    De plus, les femmes qui accouchent dans les dispensaires de santé sont également trop souvent exposées à des conditions déficientes: eau non potable, mauvais assainissement et mauvaise élimination des déchets medicaux4. Les infections contractées dans les six semaines qui suivent l’accouchement causent 15% de tous les décès maternels, principalement en raison de mauvaises habitudes d’hygiène et de la mauvaise gestion du risque infectieux. La moitié des décès par infection pourraient être évités si des auxiliaires de naissance qualifiés adoptaient des techniques de mise au monde plus hygiéniques 4.

    Inciter l’adoption de soins prénataux et la prévention de la transmission mère-enfant

    Fournir un outil pour le traitement de l’eau, un récipient de stockage de l’eau et du savon pour laver les mains lors des soins prénataux a permis d’augmenter considérablement les visites en clinique. Ceci permet aux femmes enceintes et à leurs partenaires de dépister le VIH et de démarrer au plus tôt une thérapie antirétrovirale pour les mères infectées (Xue, 2010). Un avantage supplémentaire des visites prénatales dans les dispensaires est l’amélioration des techniques de traitement de l’eau ainsi qu’une technique correcte de lavage des mains. Tout ceci conduit à une amélioration de la santé à la fois pour la mère et pour l’enfant, et diminue la probabilité de transmettre le VIH.

    Encourager les pratiques de santé pendant les soins postnatals

    Les soins postnatals (PNC – Post Natal Care) sont aussi une période importante durant laquelle le suivi en clinique et les vaccinations laissent présager d’un meilleur état de santé. Comme pour les soins prénatals (ANC), l’inclusion de produits de traitement de l’eau et l’encouragement aux comportements d’hygiène lors des PNC sont un facteur de meilleure fréquentation des PNC. De plus, cela permet de prolonger les pratiques de traitement de l’eau, même plusieurs années après leur mise en place. Une telle amélioration à long terme n’a pas été documentée dans le cadre des seuls efforts de traitement d’eau.

    ---------------

    Références

    1World Health Organization (2012). Maternal mortality. Fact sheet N°348.
    2Countdown to 2015 (n.d.). Countdown and the Continuum of Care.
    3UNICEF/WHO (20120). Joint news release: Millennium Development Goal drinking water target met. Geneva/New York.
    4Yardley, S. (2010). Joining the Dots: Why better water, sanitation and hygiene are necessary for progress on maternal, newborn and child health. Tearfund.
    5Liu L, Johnson HL, Cousens S, Perin J, Scott S, Lawn JE, Rudan I, Campbell H, Cibulskis R, Li M, Mathers C, Black RE;
    Child Health Epidemiology Reference Group of WHO and UNICEF (2012). Global, regional, and national causes of child mortality: an updated systematic analysis for 2010 with time trends since 2000. Lancet 9,379(9832), 2151-61.
    6United Nations Children’s Fund (UNICEF) (2009). Diarrhea: why children are still dying and what can be done. UNICEF/WHO. New York: United Nations Children’s Fund.
     7UNDP (2006) Human development report 2006, p45. UNDP, New York 
    8WHO/UNICEF (2005). Joint Monitoring Programme for Water Supply and Sanitation (2005). Water for life: making it happen. UNICEF, New York, and WHO, Geneva 
    9World Health Organization (2001). Water-related diseases fact sheet.
    10The Bill & Melinda Gates Foundation (2012). Maternal, Newborn, & Child Health Overview.
    11UNICEF (2007) Progress for children: a world fit for children. Statistical review. 
    12Goodburn E, Campbell O (2001). Reducing maternal mortality in the developing world: sector-wide approaches may be the key. BMJ, 322, 917-920, quoted in WSSCC (2006). For her, it’s the big issue: putting women at the centre of water supply, sanitation and hygiene. Evidence report. WSSCC, Geneva.
    13WSSCC (2006). For her, it’s the big issue: putting women at the centre of water supply, sanitation and hygiene. Evidence report. WSSCC, Geneva

Malaria Research

IR Mapper is a tool that maps insecticide resistance. It consolidates reports of insecticide resistance in malaria mosquitoes onto filterable maps to inform vector control strategies.

irmapperhomepage

Buy LifeStraw®

For consumer purchases, visit Buy LifeStraw® to find a local retailer. For each consumer purchase, one school child in Africa will receive clean water for an entire school year. For large quantities purchased for public health settings, contact us

buylifestraw

Contact Us

Connect with us

Subscribe to e-newsletter

facebook 32  twitter 32  linkedin 32  youtube 32 

Our Partners

  • carter
  • malarianomore
  • rollback
  • unitednations
  • worldvision